Symboles Celtiques

Livre de Kells : Un chef-d’œuvre Celte

livre kells histoire

Le Livre de Kells, cet ancien manuscrit celtique, doit ses lettres de noblesse à ses enluminures d’un haut niveau de raffinement, typique de l’art celtique. Les artistes qui ont orné et coloré avec tant de grâce ce fastueux manuscrit étaient en effet des moines d’origine celte. Voici donc l’histoire de ce manuscrit.

Il faut noter qu’il est aujourd’hui l’une des seules sources dont on dispose pour dater et comprendre certains symboles celtiques. Les druides, en effet, n’écrivaient pas et la transmission était orale. On vous en dit plus.

Rendons-nous sur place, pour commencer

IXe siècle, Abbaye de Kells en Irlande
Ici le jaune cuivré de l’orpiment et là le bleu profond du lapis-lazuli venu d’un lointain pays d’Orient. Il contemple les mélanges pendant que son maître s’est éloigné. Il suit du doigt une spirale verte sur le vélin. C’est tout de même lui qui a broyé la malachite, et si finement qu’elle reflète des nuances bleues. Il sursaute au retour du Maître enlumineur. Celui-ci le toise sans un mot. L’apprenti s’empresse de lui tendre l’encre ferrique. Alors le Maître, d’un geste d’une magique élégance, fait glisser le pinceau sur la page jusqu’à ce qu’apparaisse, ô Dieu tout-puissant, un félin aux griffes sortis, prêt à surgir du livre sacré pour s’élancer sur lui !

L’origine du Livre de Kells

Le Livre de Kells est également nommé le Grand Évangéliaire de Saint Colomban. La création de cette grande œuvre a débuté à la fin de l’an 800, probablement sur l’île d’Iona en Écosse.

C’est une période tourmentée, bouleversée par la chute de l’empire romain, la christianisation et les invasions récurrentes des Vikings. On suppose que pour le soustraire aux pillages, on apporta en hâte le précieux manuscrit écossais non loin de là, à l’Abbaye de Kells en Irlande, pays protégé des troubles. Puis l’écriture du Livre s’est interrompue brusquement au début de l’an 800, le laissant inachevé. Que s’est-il passé ? Nul ne sait.

Derrière les murs de l’Abbaye de Kells, là où le livre fut en partie rédigé

Ce que l’on sait par contre, c’est que le manuscrit se trouvait à l’Abbaye en 1007. Sa présence est certifiée par un événement le concernant, notifié dans les annales. La précieuse relique a en effet été volée, puis retrouvée quelques mois plus tard. Elle gisait sous un tas de terre, sans sa couverture incrustée de pierreries.

Plus tard, en 1654, l’attaque d’Oliver Cromwell contre les catholiques fait craindre le pire et on transporte le Livre à Dublin. Il sera installé en 1661 au Trinity Collège, vénérable université de Dublin.

Le contenu du livre : du grand art

Ouvrons ce livre de l’art médiéval pour en découvrir les merveilles. Il contient une retranscription en latin des Quatre Évangiles, calligraphié sur 680 pages de vélin (le vélin étant fait de peaux de veaux morts-nés). Quatre maîtres enlumineurs et cinq scribes, au moins, se sont penchés sur cette œuvre.

La majorité des pages contiennent des écritures latines avec des lettrines colorées et stylisées au début de chaque paragraphe :

 livre-kells-manuscrit
Une page du Livre

L’accent est mis sur un art calligraphique parfait et des illustrations enluminées, magistrales et jamais égalées, en pleine page ou en marge de textes.

livre-kells-enluminure
Une illustration en pleine page

Pour certains historiens, ce livre est purement décoratif et n’avait pas vocation à être utilisé. En témoignent par exemple certains passages manquants dans les Évangiles, ou alors la répétitions d’autres.

Les artistes ont donc laissé s’épanouir leur créativité avec une grande liberté. Des animaux, des végétaux et des personnages se mêlent dans une profusion de motifs luxuriants, noués et entrelacés si délicatement que certains sont à peine visibles à l’œil nu.

Il contient entre autres un motif récurrent représentant, selon certains experts, un arbre celtique de vie. Cette théorie est surtout développée autour de la page folio 34 r. Elle est la plus célèbre de du livre et s’appelle Chi Rho.

Chi Rho kells
Chi Rho

Selon certains observateurs, la forme qui ressemble à un X pourrait être une plante qui sort du sol. Autour, quand on observe vraiment, on voit divers types d’êtres vivants : mammifères, serpents, oiseaux, etc. C’est pour cette raison qu’on l’appelle arbre de vie.

Est-ce le seul symbole celtique que l’on retrouve dans ce manuscrit ?

Les symboles celtes dans le Livre de Kells

Comme je vous le disais en intro, il s’avère que cet évangéliaire est l’un des plus célèbres dont les historiens disposent pour étudier l’art hiberno-saxon (type d’art de la Grande-Bretagne et de l’Irlande après les invasions, résultat des interactions entre l’art local et la religion catholique).

Dans ce type d’art celte, on retrouve donc des symboles celtiques. Je suis partie à leur recherche dans les pages du Book of Kells, disponible sur le site du Trinity College. En voici quelques-uns :

On retrouve une multitude de nœuds celtiques en tous genres. C’est d’ailleurs vraiment caractéristique de tous les livres d’enluminures qui ont été rédigés à cette époque. A partir de là, certains spécialistes ont tenté de donner une signification à ces noeuds. Sans beaucoup de succès : peut-être ne sont-ils que décoratifs.

Le deuxième type de symboles celtes qui apparaît, le triskel. A moins que ce ne soit la représentation de la trinité (Père-Fils-Saint Esprit) ?

Enfin, et on en a parlé plus haut, il semblerait que l’arbre de vie celte apparaisse également.


Âgé aujourd’hui de 1200 ans, le livre de Kells est toujours au Trinity Collège de Dublin. A noter, un dessin animé, Brendan et le secret de Kells, réalisé par Tomm Moore est inspiré du livre de Kells.

Ces articles sur les symboles celtes pourraient aussi vous intéresser :

Sources :

A propos de Marie

La nature et sa mystérieuse harmonie me fascinent. Rédactrice Web SEO, je vis aussi au cœur des terres les plus sauvages de Bretagne, les Monts d'Arrée. C'est dire si je suis aux avant-postes pour a̶t̶t̶r̶a̶p̶e̶r̶ ̶u̶n̶ ̶k̶o̶r̶r̶i̶g̶a̶n̶ ̶ décrypter les symboles qui nous unissent à l'Univers ! Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *