Actualités

La fleur de vie aide-t-elle à lutter contre le coronavirus ?

Vous l’aurez compris, ce titre est volontairement provoc’. C’est un peu comme si je demandais si la tisane de verveine permet de soigner le cancer 🤨 . L’actualité est brûlante, et on est tous concernés et impactés, qu’on le veuille ou non.

Dans cet article, je vous propose de voir le côté positif du coronavirus et du confinement. De vous questionner sur les changements à venir, tant individuels que collectifs…et d’agir dès aujourd’hui (ou demain si vous avez prévu de faire la queue au supermarché aujourd’hui 🤣 ). Pour vous, pour les autres.

Alors, pourquoi la fleur de vie ? 🤔 Bien sûr, on ne veut pas dire qu’elle vous protège du virus et que ce symbole vous permettra d’affronter le monde en tout sérénité.

Oui, oui, chez nous on s’éclate !

Non, ce n’est pas ça. Si on associe la fleur de vie à la crise sanitaire actuelle, « la guerre invisible », c’est tout simplement car pour beaucoup de monde, elle est un symbole positif, un support de changement.

Une vidéo trouvée sur le net

Ce matin, j’ai trouvé cette vidéo :

J’ai vraiment apprécié les informations contenues dans ce petit texte au début… :



…et sous la vidéo :

« Mais si le virus devenait non pas destructif mais positif. Si au lieu de détruire celui-ci pouvait s’élever en vibration et par la même occasion nous élever nous-même en vibration. Alors un renversement aurait lieu et plutôt que d’affaiblir notre humanité, il serait le vecteur d’une nouvelle émancipation. »

4 étapes pour évoluer et prendre soin de soi pendant le confinement

1ère étape : dépasser sa peur en la comprenant

Vous avez peut-être peur de mourir, comme 62 % des Français ?

Peur qu’un membre de votre famille meurt.

Peur de contracter le virus.

Peur de perdre votre boulot.

Peur que votre entreprise coule (ça, c’est ma p’tite peur perso, mais j’y travaille).

Peur, peur, peur !

« Et avec la peur, qu’est-ce que je vous sert ? » :

  • Une crise d’angoisse ?
  • Un dose de stress ?
  • Une phobie (collective) ?
  • Ou alors le plat du jour : un ragoût d’anxiété accompagné de sa sauce au frisson ?

Et si vous preniez plutôt un bon bol d’air pur intellectuel (par la fenêtre grande ouverte de votre appartement) ?

Savez-vous que la peur est « une émotion qui accompagne la prise de conscience d’un danger, d’une menace » ? En aucun cas, le fait que le virus traine partout signifie que vous allez mourir. Bon, vous allez peut-être mourir en effet (0,2% de chances si vous le contractez). Mais y penser toute la journée n’est pas la solution.

Vous avez 2 choix : enchaîner crise d’angoisse sur crise d’angoisse en matant le JT, les réseaux sociaux, YouTube et en écoutant les pires témoignages alarmistes ; ou alors vous pouvez respirer un bon coup. Vous pouvez prendre conscience que la peur N’EST QU’UNE ÉMOTION. La peur n’est pas vous. Elle fait partie de vous, mais elle ne vous définit pas.

2ème étape : rationaliser et prendre du recul avec une diète médiatique intermittente

Personnellement, la première chose que j’ai faite quand le confinement a commencé, c’est de renoncer aux réseaux sociaux. Pourquoi ? Car je suis du genre à voir le complot partout…et c’est un vrai plaisir ! J’adore la littérature apocalyptique, les livres d’anticipation, les films sur le contrôle des populations, les théories complotistes 👽 , etc. En ce moment, on peut dire que ça y va ! Si j’ai arrêté les réseaux sociaux et renoncé à ma passion (outre le fait que je n’ai plus le temps avec 2 enfants à la maison + le boulot), c’est pour me protéger.

Arrêtons de nous faire bouffer le cerveau ! 🤯

Trouvons des infos fiables, car il est certain que nous avons besoin de discernement pour comprendre le monde d’aujourd’hui.

3ème étape : un petit point sur votre situation

Prenez une feuille. Oui, oui, vraiment !

C’est bon ?

Répondez à ces questions :

  1. Quelle est la pire chose qui pourrait m’arriver dans cette situation ?
  2. Quel est le pourcentage de chances que ça m’arrive vraiment ? (Oui, oui, c’est bien « juste » une peur en fait)
  3. Au pire du pire, comment est-ce que je pourrai rebondir dans l’avenir ?
  4. Comment je peux faire pour prendre des précautions contre ça ?
  5. Quelles actions concrètes puis-je mettre en œuvre ?

Je partage mes réponses. J’ai peur que mon entreprise coule, de ne plus avoir d’argent, de devoir abandonner ce projet que l’on construit depuis longtemps. Pour aller plus loin, j’ai peur d’être pauvre, de devoir revendre ma maison, de ne pas pouvoir nourrir mes enfants. Le pourcentage est difficile à déterminer. 1%, 10%, 30% ? Au pire, je retournerais au salariat, et je me battrais. Pour prendre des précautions et agir concrètement, on a pris des animaux et on s’active pour préparer un gros potager. Au moins, on pourra manger ! Et puis, si on ne gagne plus d’argent, on pourra toujours renoncer aux vacances, vendre les voitures, vivre plus simplement, louer une partie de notre logement, se rapprocher de l’essentiel.

4ème étape : préparer demain en s’occupant aujourd’hui

Et si c’était le bon moment pour développer de nouvelles compétences et se connaître soi-même ? Pour se former, pour se questionner, pour prendre conscience, pour évoluer.

Vous pouvez :

  • Apprendre à jardiner
  • Faire du bricolage
  • Prendre le temps de dessiner
  • Réfléchir sur des projets futurs
  • Vous former à la naturopathie, la poterie ou la couture en ligne
  • Réfléchir au monde dans lequel nous vivons et aux conséquences de la mondialisation
  • Lancer un blog ou un e-commerce
  • Réfléchir à votre alimentation et à votre consommation
  • Décider un départ de la ville pour rejoindre la campagne
  • Reprendre le sport
  • Commencez le yoga ou la méditation
  • Lire (quelques suggestions)

==> Finalement, dans un mois (ou plus en fonction de l’évolution !), vous pourriez être plus beau, plus intelligent, plus autonome intellectuellement et matériellement. (Ou alors vous pourriez avoir pris 10 kg, être devenu alcoolique, avoir paniqué tous les jours tout en diffusant votre peur à d’autres personnes. La peur est encore plus contagieuse que le coronavirus !)

Battons-nous pour trouver le POSITIF !

Personnellement, je suis heureuse de me dire qu’à l’issue de la crise, mes moutons tonderont la pelouse, mes poules donneront des oeufs, et mon potager me nourrira. Mais aussi, j’ai pris conscience des choses les plus importantes dans la vie : ma santé, ma famille et mon autonomie intellectuelle et matérielle.

Et donc, c’est quoi le rapport avec la fleur de vie ?

Fleur de vie arc-en-ciel

Oui, oui, j’y viens. Ne vous inquiétez pas. Vous êtes si pressé que ça ? Un rendez-vous urgent qui vous empêcherait de lire la suite de l’article ? Non, j’rigole 😅 .

Comme vous avez pu le lire au début de cet article, la fleur de vie est pour certaines personnes l’un des symboles les plus positifs. Il est un support de méditation, mais également réputé pour harmoniser l’eau, les lieux et les personnes. D’ailleurs, si vous ne connaissez par les pouvoirs de la fleur de vie, c’est par là.

Se rapprocher de la fleur de vie, la dessiner, l’imprimer, méditer, penser à tous ses sens cachés, l’utiliser sous votre eau, etc : tout ça ne peut pas faire de mal. Bonne nouvelle : ça pourrait même vous faire du bien ! Alors, vous essayez ?

Et vous, quelles sont vos astuces pour rester positif en ce moment ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *